L’ART CONTEMPORAIN DANS L’ESPACE DE LA VILLE: Jochen Gerz (par Mathilde)

23 mar

De tout temps l’espace urbain a été un lieu de création pour l’artiste. Les monuments ont depuis toujours (ou presque) fait parti du décor architectural de nos villes. Dès la Rome Antique des sculptures été sculptées dans la ville pour glorifier un Dieu ou prince. Un monument qui reste omniprésent dans notre quotidien du XXIème siècle. Comme tout art il évolue mais constitue toujours une part de la création artistique actuelle. Parmi les artistes majeurs actuels qui problématisent la question du monument on peut citer l’exemple de Jochen Gerz.

GERZ Jochen, SHALEV GERZ Esther, Monument contre le Fascisme, 1986-1993, Harbourg, image disponible sur http://dnbhistoiredesarts.wordpress.com/2011/08/27/monument-contre-le-facisme-jochen-gerz/

GERZ Jochen, SHALEV GERZ Esther, Monument contre le Fascisme, 1986-1993, Harbourg, image disponible sur http://dnbhistoiredesarts.wordpress.com/2011/08/27/monument-contre-le-facisme-jochen-gerz/

Gerz est un artiste allemand né à Berlin en 1940. Il apparait très vite comme l’artiste conceptuel de son époque (ses travaux notamment des années 70 portent beaucoup sur le langage). Il subit directement les désastres de la seconde guerre mondiale (sa maison sera détruite et son père marqué par la guerre). En 1986 Gerz va réaliser sa première commande publique et son premier monument (début d’une longue série), au côté de sa femme Esther Shalev Gerz. Cet édifice est Monument contre le fascisme et représente une révolution du monument dans nos villes. C’est une colonne de plomb de 12m de haut à Harboug et qui s’enfonce progressivement dans le sol. Un édifice qu’on peut semble-t-il considérer comme un anti monument ou du moins comme la preuve d’une volonté de faire quelque chose de radicalement différent des monuments précédents (notamment très présents lors du fascisme pour glorifier ce nouveau Reich). En effet les monuments de Gerz comme Monument contre le fascisme ou Monument contre le racisme sont radicalement différents des réalisations des siècles précédents. Ce sont des monuments qui sont éphémères, ne tendent pas à léternité ou qui sont dès leur origine invisibles. C’est leur absence qui fait le monument. Antimonument donc car il ne suit pas le codes esthétiques du monument classique, imposant et majestueux. En effet à la place du marbre le Monument contre le fascisme prend la simple forme d’un carré, plus aucun ornement n’est ajouté, c’est une tour dans son aspect le plus brut. On remplace le marbre maériau noble, par du plomb qui s’oppose au blanc pur. Gerz veut créer un monument qui doit évoluer avec l’espace qui l’entour. Il est amené à vivre, évoluer et vieillir comme les structures du quotidien. Par Monument contre le fascisme Gerz réalise cette volonté grâce à une colonne qui s’enfonce dans le sol au fur et à mesure qu’elle se recouvre de signature. Signatures et caractère éphémère permettent donc au monument d’évoluer avec son milieu.

GERZ Jochen et SHALEV GERZ Esther, Monument contre le fascisme, Harbourg, Homme signant le monument, image disponible sur http://blog.sfmoma.org/2012/07/a-meditation-on-space-in-four-parts/

GERZ Jochen et SHALEV GERZ Esther, Monument contre le fascisme, Harbourg, Homme signant le monument, image disponible sur http://blog.sfmoma.org/2012/07/a-meditation-on-space-in-four-parts/

En intégrant son monument dans un espace public Gerz accepte et sollicite même par une invitation à signer que son oeuvre deviennent un art participatif. Nous ne sommes plus seulement des spectateurs contemplatifs mais nous faisons, constituons l’oeuvre par les signatures. Un monument qui dans un espace est d’autant plus pertinant et rempli mieux sa mission puisque le but de Gerz est que au delà de la mémoire, nous ne permettions plus au fascisme de revenir, qu’un tel désastre ne se reproduise. Gerz nous appelle donc à être actif et non pas uniquement contemplatif (où l’on se déculpabilise finalement en nous recueillant quelque minutes devant un monument). Le lieu public, la ville peremt cette invitation à l’action en touchant de plus un public toujoursp lus large. En effet une oeuvre dans un musée ne permet qu’un impact mineur sur la population, elle est réservée à un certains public. En installant Monument contre le Fascisme en plein centre de Harbourg, dans un lieu de passage (sortie de métro, proche de la mairie), Gerz ajoute du sens à son monument en s’adressant ainsi à un plus large public. En l’intégrant à un lieu urbain l’oeuvre d’art peut d’autant plus s’intégrer dans la mémoire collective. Dans cet espace urbain le monument de Gerz accepte également l’espace qui l’entoure, et notamment les désagréments qui peuvent lui être infligé comme les tags à la place des signatures, ou encore les destructions, détériorations (impact de bal, plaque de plomb arrachée, coup de couteaux…). Le monument devient alors reflet, lieu d’expression de la société et non plus qu’un simple édifice à contempler. Un monument dans l’espace publique qui peut être issu d’une commande publique (comem c’est le cas à Harbourg) ou être un acte clandestin de création (à l’image du graffiti) comme pour Monument contre le Racisme où Gerz et ses élèves ont dans la nuit retourné chaque pavé de la place du parlement à Sarrebruck pour y graver le nom d’un cimetière juif.

GERZ Jochen, Monument contre le Racisme, 1993, Saarbrucken, image disponible sur http://www.studyblue.com/notes/note/n/exam-2/deck/2582224

GERZ Jochen, Monument contre le Racisme, 1993, Saarbrucken, image disponible sur http://www.studyblue.com/notes/note/n/exam-2/deck/2582224

Par l’espace public le monument peut donc devenir un art participatif, s’intégrant mieux dans la mémoire collective. Il rempli ainsi mieux ses fonctions de commémorer et ce malgré un caractère éphémère dans les oeuvres de Gerz.

Site Officiel de Jochen GERZ, http://www.gerz.fr/ (consulté le 23 Février)

Site du magazine VACARME avec une interview de l’artiste, http://www.vacarme.org/article1160.html (consulté le 23 Février)

Mathilde

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: